ACE Environnement, place les énergies renouvelables au cœur de sa stratégie de transition énergétique

ACE Environnement

Depuis plus de vingt ans, l’Agence de Consommation Énergétique travaille pour amener l’être humain à utiliser les énergies propres dans son quotidien et notamment pour tout ce qui concerne le bâtiment. Ce secteur est l’un des plus polluants en matière d’émission de gaz à effet de serre. A l’échelle européenne, il est le premier consommateur. Il consomme 40% de l’énergie finale et rejette 36% des émissions de CO2. En France, sa consommation a progressé de 25% depuis vingt ans. Premier poste de dépense du secteur, la consommation d’électricité constitue 35% des dépenses d’énergie à elle seule ! Avec le progrès technologique et l’invasion des foyers par les appareils électroménagers, le wifi et la bureautique, elle représente aujourd’hui 30 kWh/m2, alors que dans les années 1970 elle était de 13 kWh/m2. Les besoins thermiques des bâtiments que sont le chauffage, le refroidissement, l’eau chaude sanitaire et la cuisson sont le deuxième levier sur lequel ACE Environnement est capable d’apporter des solutions efficaces pour générer une baisse des consommations significative.

Transiter vers les énergies renouvelables

La réduction des émissions de gaz à effet de serre est aujourd'hui un incontournable pour la planète. Sans quoi le réchauffement climatique conduira à sa destruction et donc, à l’extinction de l’espèce humaine sur Terre. Les gaz à effet de serre sont émis principalement par l’utilisation des énergies fossiles dans la production de notre énergie et fait partie intégrante de notre système de consommation actuel. Bien que très polluantes et presque arrivées à épuisement, ces énergies représentent plus de trois quart de la consommation mondiale d’énergie (pour l’énergie primaire dans les secteurs des transports, de l’industrie et de l’habitat). Dans la production d’électricité, leur part est encore de deux tiers ; encore abondant et peu cher, le charbon reste par exemple la première source de fabrication d’électricité à l’échelle mondiale. Aujourd’hui, l’enjeu pour l’humain est de migrer vers un système énergétique basé sur les énergies renouvelables. Ces énergies sont absolument non polluantes et en perpétuel renouvellement. Elles sont variées et peuvent couvrir l’intégralité des besoins de l’être humain en énergie ! L’hydraulique, le solaire, l’éolien offshore ou onshore, les énergies marines et les matières organiques (d’origine végétale, animale, bactérienne ou fongique) sont autant de solutions très avantageuses  à l’échelle de la planète et exploitables dans l’optimisation de la consommation énergétique des bâtiments.

L’efficacité énergétique au cœur du processus de transition énergétique

Placer les énergies renouvelables au cœur de notre système de consommation nécessite de repenser notre production et notre consommation d’énergie au sens de l’efficacité. Au sens large, l’efficacité énergétique  se définit comme le rapport entre l’énergie utile produite par un système et l’énergie totale consommée pour le faire fonctionner. Ramené à l’échelle du secteur du bâtiment, l’efficacité énergétique rassemble l’ensemble des processus, technologies et matériaux utilisés pour réduire la consommation d’énergie tout en conservant un niveau de performance équivalent à celui obtenu avec l’utilisation des énergies fossiles. En bref, il s’agit de faire mieux, avec moins. Dans le secteur du bâtiment, l’amélioration de l’efficacité énergétique est un axe de progrès prioritaire. Il existe deux types de solutions visant à améliorer l’efficacité énergétique ; les solutions passives et les solutions actives. Les solutions passives permettent de réduire la consommation d’énergie des équipements et des matériaux en améliorant les qualités intrinsèques des constructions. L’utilisation des énergies fournies au bâtiment est alors optimisée.

Comment ACE Environnement agit-elle sur les constructions ?

Avec l’Agence de Consommation Énergétique, optimiser la performance énergétique des bâtiments passe plusieurs étapes déclinées dans son programme Eco+. Ce programme vise à accompagner de manière concrète les foyers français dans leur transition énergétique. La réalisation d’un bilan énergétique de l’habitation constitue la première étape du processus. Grâce à une analyse poussée des principaux postes de dépenses énergétiques que sont le chauffage, l’éclairage et l’eau chaude sanitaire,  il permet d’identifier les points faibles du bâtiment. Une fois l’état des lieux réalisé, il est alors possible d’apporter les solutions techniques les plus adaptées pour faire des économies d’énergie. Par exemple, après l’intervention d’ACE Environnement, un foyer peut réduire une facture annuelle d’électricité de 1750 euros de 350 euros. Après cinq ans, c’est une année d’électricité économisée ! La rénovation énergétique tient une part importante dans le processus de transition énergétique. C’est pourquoi, les équipes techniques d’ACE Environnement accompagnent leurs clients sur l’ensemble du projet en matière de conseil, du montage financier de leur dossier, à la réalisation des travaux. Chez ACE Environnement, la rénovation énergétique passe par des solutions technologiques respectueuses de l’environnement.

L’aérothermie d’abord

Basée sur un système de pompe à chaleur, cette technologie capte les calories de l’air extérieur pour produire de la chaleur utilisée et dispersée à l’intérieur par un ventilo-convecteur pour chauffer le logement et/ou le circuit d’eau chaude sanitaire. Il existe deux types de pompes à chaleur aérothermiques. La pompe à chaleur air – air fonctionne de la même manière qu’un réfrigérateur, mais elle trouve sa source de chauffage dans l’air extérieur. Une partie de l’installation est située en extérieur pour capter les calories dans l’air qu’elle transmet à un fluide frigorigène situé dans la pompe. A l’intérieur, la deuxième partie de l’installation condense le fluide pour créer de la chaleur. Ce système est un bon moyen d’obtenir une chaleur naturelle. La pompe à chaleur air-eau est quant à elle une solution très économique pour chauffer l’eau sanitaire. Comme la pompe air-air, elle capte la chaleur de l’air extérieur mais ne la diffuse pas, elle la condense avant de la diffuser dans le circuit de liquide frigorigène qui lui, se charge de chauffer l’eau du circuit de chauffage et l’eau sanitaire.

La géothermie aussi

L’autre technologie développée par ACE Environnement et qui est aussi basée sur un système de pompes à chaleur, est la géothermie. Le principe est simple, cette technique extrait l’énergie existante sous la surface du sol et l’utilise pour chauffer les bâtiments. Elle permet aussi de produire de l’électricité. En France, il faut savoir que la chaleur du sol se situe en permanence entre 10°C et 14°C.  Et plus on descend en profondeur dans le sol, plus la température augmente. C’est environ 3,3°C tous les cents mètres. Alors cette chaleur est disponible, stable et illimitée en permanence. Elle ne varie ni avec les saisons, ni avec le cycle de la lune et cela ouvre la porte à une indépendance énergétique des pays à l’échelle mondiale. A l’échelle de l’habitat, ACE Environnement utilise la géothermie à très basse énergie pour produire de la chaleur. Même si, nous l’avons compris, le sol dans lequel la pompe à chaleur géothermique puise son énergie n’est pas très chaud – il ne dépasse pas les 10°C en moyenne – cela permet de chauffer une maison grâce à un système qui marche sur le même mode de fonctionnement qu’un réfrigérateur, mais à l’inverse. Si le travail du réfrigérateur est de capter la chaleur contenue dans les aliments pour la rejeter vers l’extérieur, la pompe à chaleur elle, puise la chaleur du sol et la transporte à l’intérieur du bâtiment. La seule contrainte nécessaire à son bon fonctionnement est qu’elle soit installée dans un endroit où la température du sous-sol est stable quelle que soit la saison. Même si elle est alimentée par l’électricité, la pompe à chaleur est une solution très peu énergivore  et surtout capable de palier jusqu’à 60% des besoins d’un foyer en énergie de chauffage.

Avec la biomasse, l’Agence de Consommation de l'Énergie propose à ses clients des poêles à granulés de bois. Qu’elle soit d’origine végétale ou animale, la matière organique que représente la biomasse peut venir des forêts, des milieux marins, des déchets organiques ou des effluents d’élevages. En bref, la biomasse prend sa source dans l’ensemble des matières organiques issues des êtres vivants ou de leurs résidus. Même si en brûlant, la biomasse dégage du Co2, lorsqu’elle pousse, elle en stocke. En effet, les plantes par l’action de la photosynthèse, ont la capacité de transformer entre autre, le dioxyde de carbone de l’air en oxygène. Par la biomasse, l’équilibre « émissions – transformations » est ainsi respecté (à la condition de ne pas dépasser la croissance naturel de la ressource bien sûr). Le poêle à granulés de bois, aussi appelé pellets, fonctionne par la combustion à haut rendement des granulés de bois. Il produit de la chaleur et la diffuse. Inutile de le connecter au chauffage central du bâtiment, il constitue, dans la majeure partie des cas, un chauffage d’appoint.

L’énergie solaire thermique et photovoltaïque est un volet important des solutions proposées par ACE Environnement. Pilier de la transition énergétique, le solaire est une énergie illimitée et capable de couvrir l’ensemble des besoins de l’homme en énergie. ACE Environnement l’exploite en direct pour le chauffage de l’eau sanitaire grâce à l’installation de chauffe-eau solaire, mais aussi grâce à l’installation de panneaux photovoltaïques. Dans ce cas le rayonnement du soleil est transformé avant d’être utilisé. Ce sont les cellules de silicium placées à l’intérieur des panneaux qui transforment la chaleur du soleil en électricité. Cette électricité peut alors être utilisée de deux manières ; soit elle est consommée par le foyer pour sa consommation quotidienne. Soit elle est revendue à un réseau public tel qu’EDF. L’installation que propose ACE Environnement peut combiner les deux utilisations.